Articles avec le tag ‘TICE’

postheadericon Les sénateurs ont adopté les dispositions sur le numérique du projet de loi sur l’école

Le sénat a adopté en première lecture le projet de loi d’orientation et de programmation sur l’école. Les dispositions sur le numérique n’ont cependant pas suscitées de débats majeurs. Le texte place la lutte contre l’illettrisme et « l’innumérisme » (sic) au rang de priorité nationale. Il institue (art.10) un « service public du numérique éducatif » dont les missions ont été légèrement réécrites. Ce service a ainsi pour missions de :

  • Mettre à disposition des écoles et des établissements scolaires de services numériques destinés à « prolonger l’offre des enseignements qui y sont dispensés, enrichir les modalités d’enseignement et faciliter la mise en œuvre d’une aide personnalisée à tous les élèves »
  • Proposer aux enseignants une offre diversifiée de ressources pédagogiques, des contenus et des services contribuant à leur formation ainsi que des outils de suivi de leurs élèves et de communication avec les familles.
  • Contribuer au développement de projets innovants et à des expérimentations pédagogiques favorisant les usages du numérique à l’école et la coopération.

Le texte précise que « ce service public utilise en priorité des logiciels libres et des formats ouverts de documents ». Une disposition dont se sont félicités les associations de défense du libre et qui n’a pas manqué d’être décriée par les éditeurs.

Par ailleurs les sénateurs ont précisé le périmètre de l’enseignement du numérique à l’école qui inclut« une sensibilisation aux droits et aux devoirs liés à l’usage de l’internet et des réseaux, dont la protection de la vie privée et le respect de la propriété intellectuelle.» Le texte affirme par ailleurs la priorité de connexion des écoles primaires aux réseaux THD dans le cadre du plan gouvernemental. C’est du reste la seule disposition qui évoque, indirectement,  la question des moyens pour atteindre ces objectifs et un amendement qui prévoyait que le service public du numérique soit « à la charge de l’Etat » n’a pas  été adopté….

postheadericon Une triple fracture numérique qui concerne aussi les jeunes

Le conseil d’analyse stratégique vient de remettre son rapport sur la fracture numérique, une analyse demandée par les parlementaires à l’occasion de la discussion de la loi « Pintat » (loi n° 2009-1572 du 17 décembre 2009 relative à la lutte contre la fracture numérique).

Le rapport distingue trois fractures, qui se recoupent parfois :

  • La fracture générationnelle : seulement 16,9 % des plus de 75 ans disposent à leur domicile d’un ordinateur et 15 % ont une connexion Internet. Un phénomène qui serait plus marqué en France qu’ailleurs : ainsi si 18 % des Français de plus de 65 ans utilisent Internet ce chiffre est de 65 % au Danemark et 68 % en Finlande.
  • La fracture sociale : 34 % des personnes aux plus faibles revenus ont un ordinateur à domicile et 28,2 % une connexion à Internet contre respectivement 91 % et 87,1 % pour les revenus les plus élevés.
  • La fracture culturelle : les personnes les moins diplômées ont un moindre accès à domicile à un ordinateur (56 %) et à Internet (50,5 %).

Le rapport souligne en outre l’apparition de nouvelles fractures. Il s’agit notamment des adolescents « nés avec le numérique » qui n’ont pas accès aux TIC, pour des raisons économiques ou culturelles et qui risquent d’avoir énormément de mal à s’insérer dans la société du fait de ce handicap  mais aussi d’actifs, comme certains enseignants, qui se retrouvent déphasés par rapport à l’évolution des usages.

En préambule de leurs propositions, les rapporteurs insistent sur la nécessité d’une politique volontariste et pérenne – à l’image de celle menée dans plusieurs pays du nord de l’Europe – pour lutter contre les fractures numériques.

Sur le volet social, ils plaident pour le développement de forfaits télécoms sociaux (internet et mobiles) et le déploiement d’un accompagnement de proximité, du type EPN, offrant des formations adaptées aux personnes les plus défavorisées. Ils appellent aussi à clarifier les conditions d’intervention des bailleurs sociaux et des collectivités dans la mise en place d’offres sociales comprenant un ordinateur connecté. Sur le volet seniors, les auteurs soulignent l’intérêt des TIC pour accompagner le vieillissement de la population et le phénomène de la dépendance mais insistent sur la nécessité de matériels adaptés et présents dans les lieux de vie des personnes âgées. Enfin, sur le volet culturel, c’est à l’école que l’essentiel se joue. Les méthodes d’apprentissage doivent ainsi être davantage en phase avec les pratiques (interactivité, lien hypertexte, multimédia, multitâches…) et la maitrise des TIC doit être dans les programmes car c’est aujourd’hui un facteur de réussite scolaire. Formation à l’usage des outils et aux risques liés à internet, formation des enseignants, appui à l’innovation à l’école, création de ressources adaptées et mutualisées, développement des EPN… les recommandations ne sont pas vraiment nouvelles mais on sera reconnaissant aux auteurs de souligner que le plus important est, après la volonté politique, l’affectation de financements à la hauteur des enjeux.

Les 9 recommandations du rapport :

  1. Plusieurs fossés numériques existent : les combler suppose une action politique vigoureuse et pérenne ainsi que de larges campagnes d’information
  2. Le fossé numérique au sein de la population la plus jeune mérite une attention particulière
  3. Un traitement social de l’Internet est nécessaire
  4. Intégrer les personnes âgées dans la société numérique les aide à rester plus longtemps chez elles et à correspondre avec leurs proches
  5. Les natifs du numérique adoptent de nouveaux comportements reposant sur une plus grande interactivité
  6. Accompagner le « Plan de développement des usages du numérique à l’École » et en relever les défis
  7. L’utilisation des technologies numériques à l’étranger dans le domaine de l’éducation met en évidence un certain nombre de bonnes pratiques
  8. Les technologies numériques permettent d’atténuer les inégalités devant l’école
  9. La formation continue et l’enseignement à distance devraient trouver un nouvel essor dans le développement des technologies numériques

 

postheadericon TICE dans le primaire : faire les bons choix

Si les communes sont parties plus tardivement dans l’aventure du numérique à l’école, elles ont l’opportunité d’éviter les erreurs observées dans bien des programmes TICE – équipement sous utilisé, problèmes de maintenance, professeurs mal formés, etc – et aussi d’intégrer dans leur stratégie les évolutions technologiques  que nous connaissons aujourd’hui : tablettes tactiles, tableaux interactifs, réseaux sociaux, mobilité…

Pour aider les grandes villes à conduire leur réflexion on signalera deux événements sur les TICE :

- Le 23 mars, à Bordeaux dans le cadre de la semaine digitale, une journée sur le thème « généraliser l’école numérique dans nos Villes » (inscription ici)

- Les 23 et 24 mars,à Marseille,  les rencontres de l’Orme (observatoire des ressources multimédia en éducation) avec plusieurs axes thématiques dont la coopération avec les collectivités territoriales, l’utilisation des logiciels libres, handicap et numérique…

postheadericon TICe : Le primaire oublié du plan chatel

Si on ne compte en moyenne qu’un ordinateur pour 10 élèves dans les écoles élémentaires, un pour 22 en école maternelle et un taux d’équipement en tableaux interactifs des écoles inférieur à 10%, le plan Châtel, qui entend développer les usages du numérique à l’école, n’est pas la réponse appropriée. L’aide de l’Etat ne portera que sur les contenus pédagogiques (via un système de chèque « ressources numériques ») et sur la formation des enseignants. Et encore, pour pouvoir en bénéficier les collectivités (départements, régions, métropoles ??) devront présenter un projet « cohérent » aux académies, avec, bien entendu un engagement de ces dernières sur l’équipement, la maintenance, les espaces numériques de travail (ENT)… Alors même que les spécialistes des TICE reconnaissent que les technologies sont plutôt plus/mieux utilisées dans le primaire qu’au collège (établissements pourtant mieux équipés), ce plan n’apporte aucune réponse concrète aux préoccupations des villes. En outre, la création de professeurs référents TICE dans les établissements (sur la base du volontariat), la généralisation des ENT comme du cahier de texte interactif ne sont pas des outils adaptés aux spécificités des écoles maternelles et primaires. Il restera à savoir si les intentions exprimées de vouloir« refonder le dialogue avec les collectivités territoriales » et « clarifier la répartition de compétences et de responsabilités entre l’Etat et les collectivités » seront suivies d’effets.

postheadericon TICE : un rapport propose de doubler le nombre d’ordinateurs dans le primaire

Jean-Michel Fourgous, député-maire d’Elancourt vient de remettre son rapport sur les technologies de l’information à l’école. Pour ce qui concerne les communes – qui équipent les écoles maternelles et primaire – le constat est sévère (mais pas nouveau). On compte ainsi dans les écoles élémentaires 8,6 ordinateurs pour 100 élèves en 2009 et 8 400 tableaux interactifs sur un total de 27 000 TNI installés, soit 3,5% des classes élémentaires équipées. Autre chiffre qui en dit long sur les limitations d’usages : plus de 45% du parc informatique installé a plus de 4 ans, durée qui correspond à sa durée d’obsolescence. Au total, les écoles primaires françaises se placent au 12e rang européen en matière de TICE. Par ailleurs, les écoles primaires restent le plus souvent en dehors de la communauté éducative virtuelle c’est-à-dire des espaces numériques de travail – les ENT qui permettent des applications comme le carnet de correspondance virtuel et un lien école-parent. Mais il est vrai que dans ce domaine un ENT adapté au primaire fait défaut.

Aussi parmi les 70 propositions du rapport, figure en première place l’équipement de l’ensemble des établissements scolaires. Les collèges et lycées étant plutôt bien équipés, la proposition concerne donc surtout le primaire. L’objectif est de doter chaque maternelle d’1 classe nomade jusqu’à 200 élèves et dans le primaire : 1 équipement: 1 TNI + 1 micro‐ordinateur jusqu’à 150 élèves + 1 classe nomade (voir ici le détail des préconisations). Enfin, on note que les collectivités pourraient se voir imposées des normes d’équipement.

Il reconnait qu’aujourd’hui l’équipement repose avant tout sur le volontarisme des collectivités, ce qui se traduit par d’importantes disparités géographiques. Il note au passage le manque de clarté sur la répartition des rôles : le schéma Education nationale : prise en charge des documents pédagogiques, dont les logiciels/ collectivités : équipement et réseaux reste très théorique, les collectivités finançant souvent les deux. Il est du reste question de « clarifier le champs des dépenses communales obligatoires », une formulation qui pourrait augurer de nouveaux transferts de charges .

Au delà d’un label, d’un recours aux partenariats avec le privé et de l’utilisation accrue des logiciels libres, le rapport est très discret sur le mode de financement. En cette période de resserrement des budgets locaux il n’est pas sûr que cela soit suffisant.

postheadericon Après ville internet, naissance du label « Écoles Internet »

L’association Villes Internet, qui fête cette année ses 10 ans, a décidé de lancer avec le concours l’Education nationale un nouveau label baptisé « Écoles Internet », dédié aux écoles du premier degré (le niveau le plus en retard en matière d’équipement et d’usage des TIC à l’école, TICE). L’opération est destinée à récompenser les acteurs locaux de l’éducation ayant une politique volontariste dans le domaine des TICE, à valoriser les bonnes pratiques et à favoriser les échanges d’expériences comme la mutualisation. Pour cette première édition, les écoles maternelles et élémentaires souhaitant obtenir le label sont invitées à s’inscrire, du 15 mai au 15 juillet, en décrivant leurs initiatives sur le site Internet de l’opération www.ecoles-internet.net.

postheadericon Le président du Syntec chargé d’une mission sur les TICE

Jean Mounet, président de Syntec-informatique, vient de se voir confié par Xavier Darcos, ministre de l’Éducation nationale, une mission sur le développement des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE) au sein du monde éducatif. Cette mission, baptisée « e-educ », a quatre objectifs :
1 le développement d’une offre logicielle adaptée aux préoccupations de la communauté éducative,
2 l’utilisation des partenariats public-privé dans le domaine de l’éducation, notamment pour favoriser le développement des espaces numériques de travail,
3 l’analyse des leviers de la conduite et de l’accompagnement du changement induit par les TICE,
4 la promotion des études informatique, notamment chez les filles.
Parallèlement à la mission, un forum a été ouvert sur le site du ministère. A noter qu’aucun représentant des collectivités territoriales – qui financent l’essentiel des TICE – ne font partie du groupe de travail…

TIC*