Articles avec le tag ‘Télétravail’

postheadericon Un rapport qui plaide pour le télétravail à temps partiel et le développement des tiers lieux

Le cabinet Greenworking a réalisé pour le compte du ministère de l’industrie un rapport sur le télétravail établi à partir d’une enquête auprès d’une vingtaine de grandes entreprises françaises pratiquant le télétravail.

Une grande partie des constats et conclusions – en dehors du fait que si le télétravail progresse dans le privé, il reste très émergeant dans les administrations – sont valables pour les grandes villes. Définissant les exigences techniques, organisationnelles et managériales que suppose le développement du télétravail, ce rapport  estime que le télétravail offre aux travailleurs du savoir des conditions de travail qui permettent un niveau de concentration et donc une productivité très élevés. Il plaide pour un usage modéré du télétravail en évaluant la proportion optimale de télétravailleurs à 25% et le taux idéal de télétravail pour les salariés à 30% de leur temps. Il souligne également l’intérêt des « tiers lieux » pour faciliter la séparation entre sphère privée et professionnelle et offrir aux salariés de bonnes conditions de travail à proximité de leur domicile. Il rappelle enfin que les facteurs de blocage au développement du télétravail en France ne sont pas juridiques et techniques mais culturels. Car selon ce rapport, le télétravail « préfigure un nouveau contrat social, un nouveau rapport au travail et à l’entreprise, de nouvelles pratiques managériales et organisationnelles ». Un domaine dans lequel la France serait loin d’être en avance…

Les 8 clés d’une mise en place réussie du télétravail selon ce rapport

1. Combiner un processus de sélection exigeant avec une information et une sensibilisation importantes en amont

2. Reconnaître le télétravail comme un mode de travail à part entière (programme ambitieux, sponsors de haut niveau)

3. Adopter une approche graduelle pour dépasser les résistances au changement (mettre en place un projet pilote, s’appuyer sur des collaborateurs moteurs, faire la preuve par l’exemple, etc.)

4. Investir dans des outils fiables et innovants, des infrastructures de qualité ainsi qu’un support informatique dédié et former les collaborateurs aux nouveaux usages des outils

5. Accompagner le projet de mise en place du télétravail d’une rénovation des pratiques managériales et des processus (dématérialisation, virtualisation du poste de travail, dépersonnalisation des bureaux, etc.)

6. Former toutes les parties prenantes à ces nouveaux modes de travail et aux comportements qu’ils impliquent afin de garantir une assimilation culturelle progressive et partagée

7. Proposer des solutions aux pratiques déviantes mises en lumière par le télétravail et qui peuvent nuire à la productivité (gestion de l’e-mail, frontière entre vie personnelle et vie professionnelle, attention disorder trait, etc.)

8. Mettre en place un dispositif de suivi et d’évaluation des impacts afin de piloter le projet et d’assurer une adhésion de la gouvernance de l’entreprise

postheadericon Ecocentre, tiers lieu… passer du concept au déploiement

Le Cluster Green and Connected Cities, qui associe des entreprises, des institutions et des collectivités (une dizaine de grandes villes) a présenté à diverses collectivités et associations d’élus l’état de ses réflexions sur la création de « tiers lieux ». Tiers lieux, éco-centres, hub serviciel, télécentres… l’appellation varie mais l’objectif premier est sensiblement le même : permettre à des gens -des indépendants, mais aussi TPE, des salariés – de (télé)travailler dans un espace proche de leur domicile, adapté et accueillant.

Les travaux du cluster ont cependant permis de cerner des besoins assez différents qui demandent une réponse adaptée :
- Espaces de coworking pour indépendants ou consultant favorisant le travail coopératif
- Espaces pour les travailleurs nomades de passage en déplacement
- Espaces se rapprochant des EPN pour des activités sociaux culturelles
- Espaces d’innovation (Fab’ et living labs)
- Espaces de télétravail pour les salariés
- Espaces destinés aux TPE et auto-entrepreneurs.

Dans le but de favoriser la création de tiers lieux, le cluster a élaboré un guide et une analyse comparative des expériences étrangère, ceux-ci seront bientôt mis en ligne et mis à disposition de tous sous licence CC. Des documents qui s’attachent notamment à apporter des réponses sur :
- Le modèle économique et le montage financier
- L’offre de services en fonction des différentes cibles
- Les argumentaires pour convaincre notamment les entreprises (où les collectivités !) à utiliser les équipements
- La mise en réseaux des acteurs des télécentres
- Les aspects RH (droit du travail, management du changement…)

Ces travaux débouchent aujourd’hui sur des réalisations concrètes dans les territoires. Rennes a par exemple créé une « cantine numérique* » un lieu d’échanges dédié au numérique couplé à un espace de co-working. Strasbourg s’apprête ainsi a poser la première pierre de son « écocentre 2.0 Malraux », qui associera un lieu dédié aux arts numériques à un espace accueillant indépendants, PME, associations, start-up, créatifs…

Si la dynamique est là – notamment sur les espaces de co-working dédiés aux indépendants – il reste à créer un élan sur le télétravail des salariés. La Caisse des dépôts réfléchit au lancement d’un appel à projets – ciblé sur l’Ile de France dans un premier temps – où les collectivités apporteraient le foncier, la Caisse aidant des entreprises à mettre en œuvre le projet d’éco-centre et favorisant la mise en réseau.

* il existe également des cantines à Lyon, Nantes, Toulouse, Toulon, Paris

postheadericon Le modèle d’Amsterdam des télécentres fait des émules

A Amsterdam, la ville a mis en place depuis quelques années une trentaine de « télécentres », ou « smart work centers », pour booster l’usage du télétravail. Une initiative montée en partenariat avec Cisco qui s’inscrit dans le contexte d’une politique de réduction des émissions de CO2 liés aux déplacements. Ces lieux de travail partagés (voir ce reportage d’innov’city) sont ouverts aux salariés comme aux indépendants et proposent bien plus qu’un lieu de travail. Leur offre de services comprend en effet garderies, consignes, banque, espaces de convivialité et des salles de réunion autorisant la téléprésence, version high-tech de la visioconférence, pour que les salariés gardent le contact avec leurs collègues. La ville d’Amsterdam est elle-même cliente de ces télécentres en achetant chaque année des crédits d’heure qu’elle propose à ses salariés.

En France, cette initiative est suivie de près par le cluster Green & Connected Cities dont sont membres plusieurs Bordeaux, Lyon, Nice, Rennes et Strasbourg. Ce groupe de réflexion vise à notamment à réfléchir sur la création d »écocentres 2.0″ alliant usage innovant des TIC et développement durable. On signalera également l’étude lancée récemment en Seine et Marne pour développer les télécentres sur ce département et éviter ainsi aux « navetteurs » les déplacements et la décision récente du conseil régional francilien de subventionner ce type d’équipement.

TIC*