Archive pour la catégorie ‘Télévision’

postheadericon Appel à candidature pour 13 télés mobiles

Sans attendre que le débat sur le dividende numérique soit tranché, le Conseil supérieur de l’audiovisuel vient de lancer l’appel à candidatures pour la télévision mobile personnelle. 13 canaux sont concernés par l’appel à candidature, l’Etat ayant pour sa part annoncé avoir préempté trois canaux (ce qui fait donc un total de 17), destinés à accueillir des chaînes de service public. On rappellera que la TMP permet aux utilisateurs de suivre des programmes télévisés sur des récepteurs de poche et en situation de mobilité. A la différence de la vidéo sur mobile actuelle, il n’y a pas de délai de téléchargement, la diffusion / réception s’effectuant en continu (mode broadcast). La TMP ne concernera cependant que le cœur de 70 agglomérations, là ou des fréquences ont été libérées (liste disponible sur le site du CSA, annexe 1). L’appel à candidature est ouvert « aux services de télévision à temps complet ou à temps partagé, généralistes ou thématiques, faisant ou non l’objet d’une rémunération de la part des usagers, en clair ou sous conditions d’accès », ce qui laisse, au moins en théorie, une place aux TV associatives. Les candidats devront par ailleurs s’engager à desservir (en extérieur) 30 % de la population en trois ans, ce seuil minimum étant porté à 60 % dans 6 ans. L’extension de la couverture dépend cependant en grande partie des avancées de la TNT et de la libération des fréquences analogiques.

postheadericon Dividende numérique : le gouvernement ne veut pas trancher tout de suite

L’attribution de l’ensemble des fréquences libérées par la TNT a l’audiovisuel continue de faire débat. Le gouvernement vient cependant d’apporter son soutien au « clan des télécoms » qui compte l’Arcep, le Sénat, les opérateurs mobiles et les associations d’élus (notamment l’Avicca) parmi ses défenseurs. Le Gouvernement en effet plaider en ce sens à la conférence mondiale des radiocommunications (CMR-07) qui se déroule tous les 4 ans et se tiendra à Genève la semaine prochaine. Le communiqué de Matignon précise que « Les positions défendues par la France au sein des instances internationales, doivent préserver l’éventail des choix possibles. C’est une condition pour que le débat sur le dividende numérique puisse avoir lieu de manière ouverte le moment venu ». Autrement, sans décider formellement de l’affectation des fréquences – on ne connaît pas exactement le « montant » du dividende tant que le basculement n’est pas achevé – la France souhaite que les règles internationales n’interdisent pas de faire du mobile dans les fréquences TV. Le rapport de force international ne serait cependant pas favorable à cette idée…. Sur le plan national ensuite va être constituée une commission parlementaire du dividende numérique.

postheadericon Votre avis sur le dividende numérique

L’Arcep vient de lancer une consultation publique sur le « dividende numérique », expression qui désigne lés fréquences libérées par le passage de la TV analogique au numérique. La diffusion d’une chaîne en numérique nécessite en effet environ six fois moins de ressources qu’une chaîne analogique. Mécaniquement, la France devrait donc disposer de 6 fois plus de fréquences disponibles. Des ressources qui possèdent deux particularités leur valant le qualificatif de « fréquences en or » : elles sont à la fois très bien réparties sur l’ensemble du territoire du fait de la politique de couverture en analogique héritée du passé et elles concernent d’abord des fréquences basses (moins de 1 Ghz) dont la particularité est de bien se propager dans l’espace comme à l’intérieur des bâtiments. L’Arcep et le CSA ne sont cependant pas d’accord sur ce qu’il convient de faire de ces fréquences. Le CSA estime que les fréquences libérées doivent rester dans la sphère d’usage de l’audiovisuel et servir au développement de la télévision haute définition et la télévision mobile personnelle, sujets sur lesquels l’autorité a commis deux rapports (TVHD, TMP). Certains, comme l’Avicca estiment en outre qu’une place doit également être faite aux télévisions locales. Pour l’Arcep, cependant, ce schéma ne doit pas être considéré comme acté. L’autorité des télécoms fait en effet valoir les besoins croissants en débit de la téléphonie mobile (3G, bientôt 4G) et des technologies sans fil fixes (WiFi, Wimax…). En outre, elle met en avant un argument auquel ne manqueront pas d’être sensibles les élus locaux : l’utilisation de fréquences basses pour les technologies internet est susceptible d’améliorer considérablement la couverture haut-débit du territoire… La clôture de l’appel à commentaires est fixée au 26 septembre.

postheadericon Les télés locales, parent pauvre de la TNT

Si la TNT a été présentée dès l’origine comme un moyen de développer les TV locales (voir les nombreux rapports dont ont fait l’objet la TNT), ce principe a bien du mal à se traduire en actes. Dernier épisode en date, relevé par l’Avicca, les conclusions du CSA au sujet de la TV haute définition publiées à la suite de la consultation engagée par la haute autorité en début d’année. Le CSA écrit en effet que « le réseau R5 de la TNT reste aujourd’hui inoccupé et est destiné à être utilisé pour la diffusion en HD ». Une affirmation que dément formellement l’avicca. l’association souligne en effet qu’aucune décision du Conseil n’a destiné le multiplex R5 à la haute définition et que plusieurs décisions antérieures du Conseil mentionnent la réservation de trois canaux pour la télévision locale sur tous les sites. enfin elle souligne que les deux usages – TV locales et Haute définition – ne sont pas incompatibles. Si la réservation du R5 se confirmait, les TV locales seraient réduite à la portion congrue : un canal sur le R1, et encore, là où c’est possible puisque France télévision garde un droit priorité.

postheadericon La place des TV locales sur la TNT toujours en suspend…

A l’occasion du débat sur le texte sur la TNT et la télévision du Futur, le ministre de la culture et de la communication, Renaud Donnedieu De Vabres avait annoncé au Sénat qu’un canal du multiplexe R1 serait libéré pour laisser une place aux télévisions locales. Une décision confirmée peu de temps après par le CSA, avec un bémol : Ce canal ne sera pas disponible sur tous les sites, puisqu’il servira en priorité à France Télévisions. Peu de temps après, l’Avicca s’inquiétait par ailleurs des pressions exercées par France télévision, qui ne souhaite pas se déposséder de ce canal. L’Avicca vient de renouveler ses craintes à l’occasion de l’appel à commentaires sur la Télévision haute définition. Compte tenu des incertitudes sur le canal réservé sur le multiplexe R1, l’association souhaite que le canal R5 ne soit pas 100% réservé à la haute définition et permette ainsi d’atteindre un total de 3 canaux réservés à la TV locale.

postheadericon Une place pour les télés locales sur la TNT

Ca y est, comme annoncé par le ministre de la Culture et de la Communication, Renaud Donnedieu de Vabres, lors de la discussion du texte sur la télévision du futur au Sénat, les multiplexes ont été réorganisés pour faire une place aux télévisions locales. Afin d’optimiser les ressources, le 19 décembre 2006, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a ainsi réorganisé les multiplex en changeant la place de TPS Star (qui passe du multiplex R6 vers le multiplex R3), de TMC (qui passe du multiplex R2 vers le R6) et de France 4 qui passe du R1 vers le R2. Le R1 – qui contient France 2, France 3, France 5, Arte, LCP/Public Sénat – pourra donc, enfin, accueillir des télévisions locales comme le souhaitaient les collectivités.

TIC*