Archives d’un auteur

postheadericon Cartoradio : le site d’information sur les antennes-relais évolue

L’agence nationale des radiofréquences (ANFR)a mis en ligne une nouvelle version de son site d’information sur les antennes relais, Cartoradio. Ce site permet de visualiser sur une carte les 160 000 stations radio-électriques de plus de 5W autorisées par l’ANFR avec pour chaque installation, mention de l’adresse, des opérateurs, et de la nature de l’antenne : TV, radio, GSM, UMTS, LTE…. Le site propose surtout de consulter les mesures de champs  radioélectriques effectuées par les organismes habilitées (ancien ou nouveau protocole de mesure ANFR). Plus de 20 000 mesures de champs électromagnétiques sont répertoriées sur ce site. Elles peuvent être exportées par l’utilisateur

Désormais, Cartoradio utilise le fond de carte du Géoportail et un gros effort a été fait pour améliorer l’ergonomie du site et la compréhension des données. A noter que celles-ci  peuvent être récupérées par les villes qui le souhaitent pour les intégrer à leur SIG web. Les possibilité d’export directement depuis le site ont cependant été limitées, la mention de l’opérateur étant une donnée concurrentielle ; aussi cette donnée ne peut être visualisée que station par station.

postheadericon Le niveau de sécurité informatique des collectivités s’améliore mais reste perfectible

Le Clusif a mené une enquête auprès de 205 collectivités (dont 34 agglos) sur leur politique en matière de sécurité informatique. Le premier constat de cette enquête est une baisse de la sinistralité, reflet des efforts faits par les collectivités pour sécuriser leur système d’information. Ainsi les pertes de services essentiels sont passées de 44 % en 2008 à 27 % en 2012 avec des chiffres identiques en matière d’infections virales.

Des efforts restent cependant à faire car plus d’une collectivité sur deux (54 %) ne dispose d’aucun processus de gestion de la continuité d’activité  et à peine 40% d’entre elles pratiquent une fois par an un audit de sécurité. Seule une collectivité sur 10 a un tableau de bord de suivi de la sécurité informatique. Par ailleurs, si la sécurité des postes et réseaux fixes est globalement bien appréhendée (anti-virus, firewall, détection des intrusions…) de gros efforts restent à faire sur la mobilité (smartphone, accès distant au SI) .

Selon le rapport, le principal moteur de la mise en place d’une politique en matière de SSI reste l’existence d’obligations réglementaires avec en particulier l’application du référentiel de sécurité (RGS, obligatoire à partir de mai 2013) et la protection des données personnelles. A cet égard on notera que 39% des collectivités ont désormais un correspondant informatique et liberté (CIL). La dématérialisation des procédures – marchés publics, ACTES, HELIOS… -  a par ailleurs eu un fort impact dans l’utilisation de systèmes de contrôle d’accès et de certificats pour sécuriser les échanges de données, désormais utilisés dans 60% des collectivités interrogées.

Malgré ces efforts, le chemin reste encore long, notamment pour les petites collectivités qui ne disposent pas de compétences en matière de SSI. Ainsi, en matière de conformité au RGS, seulement 37% affirment avoir un SI conforme ou partiellement conforme, un tiers ne l’étant pas et un autre tiers…l’ignorant.

postheadericon THD : De la nécessité de plus d’Etat

Les associations d’élus, dont l’association des maires des grandes villes de France, représentée par Serge Godard, maire de Clermont Ferrand et président de Clermont Communauté, ont été reçues par le collège de l’Arcep le 10 juillet dernier.

Comme c’était prévisible, le plan national sur le très haut débit (PNHTD) a fait l’objet d’un tir groupé de la part des élus qui ont exprimé leurs inquiétudes sur l’impossible péréquation entre zones rentables et non rentables et l’absence d’abondement du FANT pour financer les investissements. Serge Godard a insisté pour sa part sur les difficultés des élus à obtenir des garanties sur l’intervention effective des opérateurs dans les zones AMII*.  Le cas des quartiers AMII aujourd’hui mal desservis en ADSL mais où la montée en débit n’est pas autorisée a également été évoqué.

L’Arcep a (ré)expliqué que le financement du PNHTD n’était pas de son ressort et que l’autorité n’avait fait que mettre en musique le cadre établi par l’Etat. Le régulateur a cependant été d’accord pour reconnaitre avec les élus qu’il y avait aujourd’hui un déficit de pilotage de l’Etat et espéré que le Gouvernement et le Parlement se saisissent pleinement du sujet. Des points de convergence sont également apparus sur la nécessité de schémas directeurs d’aménagement numériques (SDAN) plus contraignants, sur l’importance de la collecte THD tant pour les FTTx que pour la 4G et de créer les instruments ad’hoc pour faire de la péréquation.

Le dossier est maintenant entre les mains du gouvernement dont il ne faut pas attendre de prise de position avant la rentrée.  Étant donné le contexte financier et, parallèlement, l’engagement du Président de la République à desservir 100% de la population en très haut débit en 10 ans, de sérieux arbitrages sont à prévoir. De cette double contrainte, à la fois de temps et d’argent, c’est sans doute la notion de THD pour tous – et son corollaire, la fibre jusqu’où ? – qui pourrait être revue à la baisse…

*Zones « appel à manifestation d’intention d’investir » où ont prévu d’intervenir les opérateurs avec la construction d’un seul réseau mutualisé.

TIC*