postheadericon Open data : les administrations peuvent mieux faire

Informations lacunaires, peu à jour, de qualité inégale, en décalage avec les attentes des citoyens… le diagnostic du rapport de la sénatrice Corinne Bouchoux sur l’accès aux documents administratifs et l’open data est sévère. Plus de 30 ans après la loi Cada, il reste ainsi difficile d’accéder à des documents administratifs avec une grande constance des saisines de la Cada (plus de 5000 par an), alors même que « le contexte juridique est largement clarifié ». En matière d’Open Data, le rapport souligne les efforts récents – volonté politique, portails, indexation… – et l’enthousiasme d’une communauté d’acteurs mais pointe l’importance du chemin restant à parcourir en matière d’harmonisation des données, de métadatas et surtout de nombre d’acteurs investis.

Parmi les propositions, émises après l’audition de près d’une centaines de personnalités qualifiées, on notera :

  • Le renforcement du pouvoir de la Cada qui pourrait s’autosaisir et recourir, comme les citoyens, à un « référé communication » pour éccélérer la mise à disposition des données
  • la fixation d’une liste de documents devant être immédiatement publiés par les administrations.
  • La création de référentiels sur la description des données et la réutilisabilité
  • La nécessité de repenser l’écosystème de production de données en développant les accès Freemium, les financements coopératifs et en intégrant la dimension open data dès la création de données, lors de sa collecte ou sa génération par un logiciel.

Les commentaires sont fermés.

TIC*