postheadericon Munich, Londres et Paris en tête des pôles européens en matière de TIC

Selon une étude de la Commission européenne publiée le 14 avril, Munich, suivie de Londres et Paris arrivent en tête des pôles concentrant le plus de ressources en matière de technologies de l’information. Fondée sur l’analyse de 42 indicateurs – nombre de centres de recherches, d’universités de réputation internationale, facilités de financement, emplois et entreprises liées aux TIC, internationalisation… – dans les 1303 régions européennes au sens de la Commission(NUTS 3) , cette étude constate que « la majeure partie de l’activité dans le domaine des TIC se concentre dans 34 régions réparties dans 12 pays ».

Pour la France, si des points de concentration apparaissent au gré des cartes thématiques, notamment sur Bordeaux, Lyon, Grenoble, Marseille, Nice, Rennes et Toulouse, seule Paris et les départements des Hauts de Seine et des Yvelines figurent dans le top 100 des pôles d’excellence européens. Un classement qui n’est pourtant pas réservé aux très grandes agglomérations puisqu’on y trouve également des villes-régions comme Darmstaadt (All.), Louvain (Belg.) ou Edimburg (RU). Si les critères sur lesquels sont fondés cette étude sont contestables (et notamment l’approche départementale pour la France) ce rapport montre clairement qu’avant de se comparer à San Francisco ou Bengalore, la concurrence des métropoles françaises en matière d’attractivité TIC se joue d’abord en Europe.

Les prochaines moutures de cette étude seront peut être l’occasion de mesurer l’impact du label FrenchTech sur les statistiques de Bruxelles. En attendant, les métropoles trouveront peut être des indicateurs intéressants pour constituer leur dossier de candidature au label.

Les commentaires sont fermés.

TIC*