postheadericon La 4G c’est déjà dépassé

L’Arcep vient de donner son aval à une expérimentation de 4G « améliorée », issue de la norme LTE (LTE advanced). L’objectif de cette technologie est de répondre aux besoins exponentiels en débit, en particulier au cœur des quartiers denses des grandes villes, là où il y a un fort trafic lié à l’internet mobile. Aussi l’expérimentation se déroulera-t-elle au centre de Bordeaux sur trois sites en réutilisant les bandes de fréquence aujourd’hui dévolues au Wimax. « Grâce à l’agrégation d’un canal de 2×20 MHz dans la bande 2,6 GHz et d’un canal identique dans la bande 3,5 GHz (actuellement utilisée pour la boucle locale radio), d’offrir un débit maximum théorique de 300 Mbits/s, soit le double des débits maxima théoriques actuellement atteignables sur les réseaux 4G des opérateurs » précise l’autorité. Cette expérimentation est pilotée par Orange, de leur côté SFR et Bouygues mènent des expérimentations LTE-A à Marseille et à Bordeaux sur des technologies légèrement différentes.

Ces expérimentations viennent rappeler que la course au débit est loin d’être achevée en matière de mobile. L’Europe a ainsi lancé un programme de recherche sur la 5 G avec  le projet 5G PPP. Un projet dont l’ambition est de permettre aux industriels européens de peser sur les standards futurs de la nouvelle norme internationale, sujet sur lequel l’Europe est en compétition avec l’Asie et en particulier la Corée du Sud. Le gouvernement Sud Coréen vient en effet de lancer un plan de 1,1 milliard d’euros sur 6 ans pour la mise en œuvre d’un réseau 5G. Des tests devraient avoir lieu en 2017 pour une commercialisation en 2020.

Les commentaires sont fermés.

TIC*