postheadericon Quartiers numériques : le projet « French tech » privilégiera l’appui aux dynamiques existantes

Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’économie numérique a dévoilé mercredi les suites données au rapport de la Caisse des dépots sur les Quartiers numériques. Le projet a du reste été rebaptisé « French Tech » qui sera la marque sous laquelle seront défendues les jeunes pousses innovantes et l’écosystème qui les porte. « La French Tech, c’est le rassemblement des métropoles françaises avec un dynamisme entrepreneurial, porteuses d’un projet ambitieux, fédérateur et véritablement transformateur en faveur de leurs entrepreneurs numériques, à même d’attirer les talents du monde entier ! » précise la ministre dans le dossier présentant le projet.

L’appel à projets sera lancé courant décembre avec pour objectif la « labellisation de « quelques métropoles » porteuses d’un écosystème numérique de niveau international et d’un projet ambitieux et fédérateur de croissance de cet écosystème ». Les collectivités n’ont cependant pas à attendre de financements : les 200 millions d’euros mobilisés seront affectés à des initiatives privées (des programmes d’accélération) qui aident les entreprises numériques à croître plus vite pour devenir des champions internationaux. 15 millions seront en outre affectés à la promotion internationale du dispositif. On notera une évolution sensible des critères de sélection par rapport aux préconisation de la Caisse : la partie infrastructures, rôle des acteurs publics a été minorée,  le programme cherchant avant tout à aider les écosystèmes et dynamiques existants, analysés selon des critères quantitatifs.

Enfin, une Mission French Tech est créée au sein du ministère délégué à l’économie numérique qui pilotera le projet avec le soutien de la Caisse des Dépôts, BPIFrance, Ubifrance et l’Agence Française pour les investissements internationaux.

Les critères de sélection des quartiers numériques

  1. Un écosystème entrepreneurial numérique présentant une masse critique et un dynamisme parmi les plus remarquables en France (nombre de créations, d’événements professionnels, fonds levés…)
  2. Des entrepreneurs et des entreprises mobilisés pour la croissance de leur écosystème numérique entrepreneurial (success stories, programmes privés et publics d’accélération …)
  3. Un projet ambitieux, mobilisateur et fédérateur de croissance de l’écosystème numérique du territoire (stratégie de développement, notamment à l’international, de la métropole à 10 ans, mobilisation des acteurs du territoire)

Les commentaires sont fermés.

TIC*