postheadericon Les grandes villes de plus en plus présentes sur Twitter et Facebook

L’institut Edgard Quinet a publié la seconde édition de son baromètre annuel sur les collectivités territoriales et les réseaux sociaux*. Les pages Facebook et comptes Twitter officiels de 50 grandes villes ont ainsi été passés au cible.

Cette étude révèle que 78% des villes de l’échantillon sont présentes sur Facebook et 66% sur Twitter contre 64% et 50% un an auparavant. Une augmentation qui s’accompagne d’une forte croissance de leur audience. Les pages Facebook comptabilisent ainsi en moyenne 7200 fans et les comptes Twitter 5900 followers. Les villes les plus actives sur Facebook sont Paris, Grenoble, Clermont-Ferrand et Bordeaux. Sur Twitter, Paris est également en tête, suivie de Bordeaux, Toulouse et Nantes. (voir le palmarès)

L’usage de réseaux sociaux tend par ailleurs à se professionnaliser avec une nette régression des pages vides ou alimentées automatiquement par un flux RSS (-15%). Ainsi, 26% des villes ont des pages avec des contenus renouvelés plusieurs fois par jour, des jeux et une vraie logique communautaire. Idem pour les fils Twitter qui ont notamment connu un net regain d’activité avec les intempéries de l’hiver dernier, Twitter contribuant à informer en temps réel les usagers de la route et des transports publics.

Une enquête complémentaire auprès des usagers a montré que les attentes des internautes portaient sur des informations actualisées, centrée sur la vie quotidienne et les activités sportives et culturelles présentées dans des formats attractifs (photos, vidéos…). Les réseaux sociaux s’avèrent très complémentaires des sites institutionnels en autorisant une hiérarchie de l’information plus souple, un ton moins formel et en étant nativement fait pour l’interaction.

La réactivité apparaît comme une des clés du succès des initiatives prises par les villes. La contrepartie est évidemment la mobilisation d’une équipe (plutôt que d’un community manager) au sein de la collectivité. Grenoble, cité en exemple par l’étude avec 92000 fans Facebook et 5600 followers, mobilise ainsi 3 personnes du pôle numérique de la ville qui gèrent l’ensemble des sites internet de la collectivité et sa présence sur les réseaux sociaux.

*menée en partenariat avec Les argonautes et Les nouveaux Armateurs

Les commentaires sont fermés.

TIC*