postheadericon Le numérique au cœur de la stratégie industrielle de l’Etat, les villes mobilisées

Smart grids, cloud computing, objets connectés, réalité augmentée, logiciels et systèmes embarqués, services sans contact, e-éducation, hôpital numérique, cybersécurité… Le numérique est au cœur des 34 priorités industrielles que vient de définir l’État.

Des domaines sélectionnés en raison de leur potentiel de croissance, de la maitrise et de l’avance dont dispose la France et de l’existence de champions nationaux. L’objectif du gouvernement est de générer 475 000 emplois en 10 ans via l’injection de 3,7 milliards d’euros dans ces domaines d’activités.

Plusieurs thématiques – smart grids, services sans contact (NFC), big data, objets connectés – sont en lien direct avec la thématique de la ville intelligente sur laquelle l’État ambitionne de « faire de la France la référence mondiale ». En tant que donneurs d’ordre et territoires d’expérimentations de nouveaux services urbains, les collectivités seront mobilisées comme elles l’ont été pour le sans contact / NFC.

Ces annonces signifient-elles pour autant de nouveaux financements pour les collectivités via les investissements d’avenir ? On le saura dans les mois à venir. Aucun élément opérationnel n’a en effet été dévoilé. Il est simplement précisé que « chaque plan sera animé par un chef de projet issu, dans la majorité des cas, du monde industriel et économique. Celui-ci aura la charge de réunir les acteurs et de faire aboutir ces plans de façon concrète et opérationnelle. Il devra préciser les objectifs à atteindre, les freins à surmonter, les outils à mobiliser, les financements à solliciter (notamment dans le cadre des investissements d’avenir), les éventuelles expérimentations à conduire, les partenaires à associer et le calendrier à suivre ».

Les commentaires sont fermés.

TIC*