postheadericon Le lancement de l’appel d’offres pour le déploiement de Linky confirmé

Le lancement d’un appel d’offre pour renouveler les 35 millions de compteurs électriques par leur version communicante a été confirmé par le gouvernement. Le déploiement de Linky devrait s’échelonner entre 2016 et 2020 à l’issue d’une première phase concernant 3 millions de compteurs. Linky est présenté comme un maillon essentiel de la transition énergétique, des « smartgrids » et un moyen pour le consommateur de mieux maitriser sa consommation. Ce serait aussi la vitrine d’un savoir-faire français exportable, générant selon les estimations 10 000 emplois non délocalisables…

Ces derniers arguments semblent avoir pesé dans les arbitrages du gouvernement car sur le volet « intelligence », Linky laisse les associations de consommateurs dubitatives. Une partie des services fournis par Linky (analyse et suivi de consommation, contrôle des appareils électriques à distance…) devraient être payants et, faute d’avoir obtenu l’affichage déporté à l’intérieur des logements comme l’ont demandé les associations de consommateur, le suivi en temps réel des consommations pourrait s’avérer très théorique. L’essentiel des bénéfices profiterait en définitive aux électriciens en limitant les interventions et déplacements de personnels grâce à la téléactivation, à la télérelève et la télémaintenance. Des avantages qui bénéficieront aussi aux particuliers sous forme de délais d’intervention raccourcis.

Toute la question est alors de savoir si les gains de productivité de l’électricien générés par Linky suffiront à absorber la facture de Linky, estimé à 5 milliards d’euros. S’il est trop tôt pour l’affirmer l‘augmentation du coût de la facture d’électricité de 5% constitue à cet égard un mauvais signal.

Les commentaires sont fermés.

TIC*