postheadericon Antennes : la mutualisation revient à l’ordre du jour

Fin 2012, Free Mobile n’aura installé que 1779 antennes-relais, contre les 2500 prévues par l’opérateur. Un retard qui est la conséquence directe de la difficulté de Free Mobile à trouver des points hauts, notamment dans les grandes villes, où les toits sont d’ores et déjà bien occupés et où les riverains sont prompts à se mobiliser pour empêcher, ou au moins ralentir, l’implantation de nouvelles antennes. Face à ces difficultés, l’opérateur a d’ores et déjà obtenu dans le cadre de sa licence la possibilité d’utiliser la bande des 900 Mhz pour la 3G, dans huit grandes agglomérations – Bayonne, Lille, Lyon, Nice, Marseille, Paris, Strasbourg, Toulouse – fréquence qui a pour particularité d’offrir de meilleures performances (plus grande couverture et meilleure diffusion du signal indoor) que la bande des 2100 MHz jusqu’alors utilisée. Les difficultés ne sont pas propres à Free Mobile, ses concurrents devant dans le même temps assurer le déploiement de la 4G. Aussi la concurrence par les infrastructures semble-t-elle trouver ses limites et une réflexion sur la mutualisation s’imposer.

Sans remettre en cause l’existence de 4 opérateurs concurrents, la ministre de l’économie numérique Fleur Pellerin a ainsi récemment estimé que « la mutualisation des réseaux et des partenariats pouvait être envisagés, comme cela se fait de plus en plus à l’étranger ». La mutualisation fait du reste l’objet de travaux au niveau du conseil de la concurrence et surtout du ministère de l’Economie. La mutualisation fait aussi partie des sujets que la proposition de loi sur les antennes relais a intégré, avec une version maximaliste puisqu’elle envisage la création d’un « réseau national de téléphonie mobile unique » géré par l’Etat. De manière plus opérationnelle, on soulignera que cette mutualisation existe déjà avec l’accord d’itinérance Free/Orange et plus récemment la cession des antennes Bouygues Telecom à Antin Infrastructure Partners, structure qui pourra louer ses pylônes à d’autres opérateurs.

Les commentaires sont fermés.

TIC*