postheadericon Perception de la couverture mobile : l’Arcep songe au crowdsourcing

Les dernières statistiques de l’Arcep font état pour la 3G de 98% de la population couverte par Orange France et SFR,  95% pour Bouygues Telecom et 37% pour Free Mobile. Ces statistiques ont le don d’exaspérer les élus car elles ne reflètent en aucun cas le ressenti des populations. Les utilisateurs, même dans les grandes métropoles, font en effet état enquête après enquête d’une couverture « à trous », souvent inexistante à l’intérieur des bâtiments ou des réseaux de transports et dans tous les cas très instable…

Dans son dernier rapport, l’Arcep semble avoir enfin entendu ce mécontentement. L’autorité publie ainsi dans un seul et même document ses propres mesures (réalisée au centre du bourg) et une cartographie détaillée / zoomable réalisée à partir de la compilation des cartes des opérateurs montant les trous de couvertures à l’échelle des communes (y compris les agglos). Elle publie enfin en parallèle des mesures sur la qualité de service (débits mesurés pour les connexion data). Mais face aux critiques, l’autorité est surtout disposée à faire évoluer ses indicateurs. Elle propose ainsi d’élaborer un nouveau référentiel de mesure « en concertation avec l’ensemble des  acteurs » de multiplier les enquêtes qualitatives etde diversifier les types mesures en utilisant des sondes fixes ou encore les remontées des utilisateurs. L’Arcep note en effet que « plusieurs éditeurs proposent des applications sur smartphones ou des pages internet permettant à l’utilisateur d’effectuer un suivi de la qualité de service de son réseau mobile, au travers notamment de mesures de débits réalisées sur son terminal ». L’inconvénient de ces applis est de ne pas reposer sur un protocole de mesure identique et surtout de fournir un positionnement géographique très aléatoire, surtout si le mobile n’a pas de GPS. Enfin, par définition, ces remontées ne mesurent pas les zones blanches…  Aussi l’Arcep semble privilégier la piste de la sonde fixe – qui pourrait en outre mesurer le niveau d’exposition aux ondes électromagnétiques – mais il reste à savoir comment financer ces mesures…

Les commentaires sont fermés.

TIC*