postheadericon Nimes primée pour sa stratégie en matière de cloud computing

Le 15 novembre dernier, la ville de Nîmes a été primée pour son initiative en matière de cloud computing. On rappellera que « l’informatique en nuage » est un concept qui consiste à déporter sur des serveurs distants des traitements informatiques traditionnellement localisés sur des serveurs locaux ou sur le poste de l’utilisateur. En ces temps de rationalisation budgétaire, le cloud computing est attractif à plus d’un titre : en externalisant serveurs, logiciels et bases de données c’est en effet un moyen de diminuer les investissements matériels, de réduire les couts de maintenance et de gagner en souplesse en ajustant les ressources aux stricts besoins de la collectivité. C’est enfin un moyen de réduire l’emprunte carbone de la collectivité en jouant sur la mutualisation des ressources.

A Nîmes, le cloud est en particulier utilisé pour héberger son dispositif de vidéo surveillance et les contenus pédagogiques liés aux tableaux numériques interactifs (TNI) des écoles. La solution adoptée à Nîmes est un « cloud privé », c’est-à-dire une architecture sécurisée dédié à un seul client ou plus exactement, dans le cas de Nîmes, à la ville et à son agglomération qui ont une seule DSI. Le cloud privé se distingue du cloud public, comme Google docs ou Dropbox , qui utilisent des serveurs mutualisés localisés un peu partout dans le monde.

Car le principal problème du cloud est d’avoir la garantie que les serveurs et les données sont hébergées en France ou au moins en Europe. La région Bretagne, qui a également une initiative dans ce domaine, a du reste exigé de son prestataire Amazon que les serveurs soient situés en Europe.

En savoir plus sur l’initiative de Nîmes

Les commentaires sont fermés.

TIC*