postheadericon Très haut débit : une V1 du plan gouvernemental dévoilée fin novembre

Le gouvernement est en train de finaliser son plan pour offrir le très haut débit pour tous d’ici 2022, conformément à l’engagement du président de la République. « Les grandes lignes de la stratégie gouvernementale seront publiées fin novembre » a annoncé Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’économie numérique lors d’un colloque organisé par l’Avicca, la semaine dernière. Suivra ensuite une concertation dans la perspective du séminaire gouvernemental de février 2013, date à laquelle la stratégie sera définitivement arrêtée.

« Ce plan fera de la fibre optique la priorité absolue, le mix technologique restant l’exception », a-t-elle assuré devant les représentants des réseaux d’initiative publique. Un choix justifié autant par le fait qu’il s’agit de la technologie « la plus pérenne » que par l’enjeu industriel que représente le renouvellement total de de la boucle locale. La place accordée aux technologies alternatives – VDSL sur réseau cuivre et technologies hertziennes notamment  – et le financement restent les deux questions essentielles que le plan Pellerin va devoir trancher.

Car pour le moment, la ministre n’a évoqué que des ressources ne pesant pas directement sur le budget de l’Etat (financement européens via la BEI, les fonds de cohésion« Project bonds » …) et des redéploiements de crédits du plan actuel (accès des collectivités aux prêts à long terme du guichet A du Grand emprunt). Pour le reste, si « plusieurs pistes sont à l’étude » on ne sait pas encore qui des opérateurs, des utilisateurs ou de l’ensemble des contribuables sera (le plus) sollicité pour abonder le Fonds d’aménagement numérique des territoires.

Quant aux objectifs en matière de couverture en fibre, au-delà des déclarations, on se bornera à constater que les schémas directeurs adoptés par les départements ou région sont loin d’être tous axés sur le « tout fibre optique » : la montée en débit et le hertzien y ont souvent la part belle, les FTTH ne concernant que les principaux centres urbains comme l’a montré une étude de l’Avicca (présentation ici). Par ailleurs, les échéances de déploiement du très haut débit fixées par la plupart des SDAN vont souvent au-delà de celle du PNTHD actuel (2025) et à venir (2022). Mais il est vrai que ces plans ont été élaborés sur un niveau de subvention qui, s’il est revu à la hausse, laisse penser qu’il sera possible d’aller plus vite, plus loin…

Les commentaires sont fermés.

TIC*