postheadericon Le gouvernement relance le dossier du vote électronique

A l’occasion d’une question orale posée par la sénatrice Nicole Borvo Cohen-Seat sur les bugs du vote électronique aux prud’homales et sur les dysfonctionnements des machines à voter, Alain Marleix secrétaire d’Etat à l’Intérieur et aux collectivités territoriales a annoncé que le gouvernement entendait relancer le vote électronique.

Concernant les machines à voter il a précisé que le gouvernement n’entendait pas revenir sur le principe même de leur utilisation. Le groupe de travail du ministère de l’intérieur, a-t-il expliqué, a conclu « qu’il fallait continuer à utiliser les machines à voter, tout en recommandant de modifier certaines dispositions législatives et règlementaires ainsi que le règlement technique qui leur est applicable ».
Ces adaptations du code électoral sont « en cours de réalisation et pourraient être insérées dans un projet de loi relatif à la modernisation de la vie démocratique local » un texte qui pourrait être soumis au Sénat et à l’Assemblée nationale avant la fin de l’année. Par ailleurs il a précisé que le règlement technique sur les machines à voter avait été engagé par le secrétariat général de la défense nationale.

Par ailleurs le gouvernement entend continuer d’explorer les possibilités du vote par internet. « Nous avons besoin d’un débat objectif, c’est-à-dire éclairé par des avis techniques et scientifiques de haut niveau » a-t-il déclaré. « Il n’est pas concevable dans une société comme la nôtre, où les nouvelles technologies de l’information et de la communication se sont largement développées et se développeront encore dans les prochaines années, d’en rester à des modes de votation qui peuvent aujourd’hui paraître un peu désuets et obsolètes » a conclu le secrétaire d’Etat.

Voila qui ne manquera pas de relancer la polémique sur le vote électronique…

Une réponse à to “Le gouvernement relance le dossier du vote électronique”

  • Isséen:

    Est il complètement déraisonnable sur un tel sujet d’obtenir un débat public et transparent ? Le vote (et le secret qui y est attaché) est tout de même un des pivots de notre démocratie et le moins que l’on puisse dire c’est que les politiques favorables au vote électronique n’apportent aucune transparence sur le sujet.

    Exemple concret : qui faisaient partie du groupe de travail réuni en 2007 par le ministre de l’Intérieur, comment accéder au rapport et aux données sur lesquels ce groupe a travaillé ? Et pourtant Mr MARLEIX fait référence à ce rapport sans le publier. C’est un comble !!

    Les arguments mis en avant pour imposer le vote électronique sont régulièrement contrariés par les faits : les ordinateurs de vote coûtent plus cher que les scrutins papiers ; aucune étude sur les empreintes écologiques comparées n’a été faite ; les bugs se multiplient et la participation est souvent en baisse. Et pourtant les pouvoirs publics ne veulent rien entendre et ne discutent pas. Les articles de presse récents sur les recours judiciaires (suspicions de fraudes) lors des consultations internes via Internet à l’UMP devraient rendre Mr MARLEIX un peu humble.

    Faute de transparence, c’est la légitimité même des élus qui risque d’être remise en cause, et cela peut avoir des conséquences très graves sur notre démocratie.

TIC*