postheadericon Machines à voter : le statu quo maintenu pour les européennes

Promise par le ministère de l’Intérieur pour début 20009 – c’est-à-dire avant les élections européennes – la remise à plat du code électoral et du règlement technique sur les machines à voter ne semble toujours pas à l’ordre du jour. C’est ce qu’il ressort des dernières réponses ministérielles sur ce sujet (voir notamment les questions des députés Yvan Lachaud et Franck Reynier ). Aussi le ministère de l’Intérieur maintient-il le statu quo sur ce sujet : aucune commune nouvelle n’est autorisée à s’équiper en machines et la circulaire du 1er février 2008 devrait voir son application prorogée pour le scrutin européen. Une situation qui ne satisfait ni les communes équipées – elles estiment que la circulaire a été écrite trop rapidement et ne remédie pas véritablement aux problèmes d’organisation des scrutins électroniques qu’elles rencontrent – et encore moins les détracteurs du vote électronique. Dans sa recommandation, le Forum des droits sur l’Internet avait de son côté insisté sur la nécessité d’un débat public sur ce sujet délicat : on l’attend toujours…

2 réponses à to “Machines à voter : le statu quo maintenu pour les européennes”

  • Isséen:

    Logiquement les résultats des dernières municipales devraient voir reculer le vote électronique compte tenu des engagements de certains candidats qui ont profité de l’alternance (c’est déjà fait pour Aulnay sous Bois).
    Au delà des aspects techniques, il faut rappeler qu’à ce jour, les bilans écologiques et financiers n’ont pas été établis ni publiés. Il semble bien que les ordinateurs de vote ne soient pas si écologiques que cela et qu’ils sont par ailleurs très dispendieux pour les finances publiques. Embêtant puisque ce sont les principaux arguments mis en avant par ses promoteurs. Oui le débat public est attendu, et il faut que les décisions se prennent en toute transparence et sur la base d’arguments étayés et discutés. La démocratie ne peut pas accepter l’opacité, c’est pourtant ce qui nous est proposé jusqu’à maintenant.

  • Matif:

    Attention, le vote électronique s’étend dangereusement hors des élections politiques : le vote par internet a été utilisé pour les prud’hommes à Paris, il a été imposé pour l’élection des membres du conseil de l’ordre des infirmiers, il est autorisé pour les élections des représentants des CE dans les entreprises (avec une remise au cause du respect de la confidentialité !).

    Restons vigilants.

    Signer la pétition nationale pour le maintien du vote papier (déjà plus de cent mille signatures), c’est important !
    http://www.ordinateurs-de-vote.org/petition/

TIC*