postheadericon Le vote par internet à l’épreuve de l’hétérogénéité des configurations

Le vote par internet est principalement critiqué pour sa vulnérabilité aux cyberattaques et l’incertitude qu’il laisse sur le caractère personnel du vote (risque d’influence voire d’usurpation d’identité). Pour les 700 000 français vivants à l’étranger cependant, le vote par internet peut se justifier car l’alternative est pour nombre d’entre eux de faire des kilomètres, parfois dans des conditions difficiles, pour se rendre dans un consulat, ou de voter par correspondance, méthode encore plus décriée… Le vote par internet a cependant une autre contrainte : celle de devoir fonctionner sur n’importe quel ordinateur ou configuration. C’est ainsi que pour les législatives, certains votants se sont vus invités à changer de machine du fait que la toute dernière version de Java n’était pas compatible avec le site de vote en ligne du ministère des Affaires étrangères…

Un bug qui a conduit le « parti pirate » à inviter les ressortissants français à porter plainte contre les carences des prestataires choisis par l’Etat et qui va dans tous les cas relancer la polémique sur le vote par internet.

Une réponse à to “Le vote par internet à l’épreuve de l’hétérogénéité des configurations”

  • Jean-Philippe:

    Plusieurs élections importantes ont eu lieu via Internet dans un passé récent. Il semble que la classe politique et les administrations concernées ne veulent pas prendre en compte les problèmes importants qui in fine finiront par faire perdre leur légitimité aux élus « électroniques ».
    Le secret du vote et donc l’absence de contrôle citoyen possible sur le vote électronique font qu’il n’est pas compatible avec la démocratie et rien ne justifie de l’adopter, même pas la réelle problématique de la distance pour les français de l’étranger
    Parmi les problèmes récents :

    - Vote par Internet pour les élections prud’homales à paris en 2008. La Cnil a sanctionné le ministère du travail pour les graves dysfonctionnements relevés. Mais la CNIL a scandaleusement décidé de ne pas rendre publique sa délibération. Elle est consultable à l’adresse suivante :http://www.ordinateurs-de-vote.org/Prud-homales-une-liste-accablante.html

    - Vote par Internet à l’automne pour les élections professionnelles dans l’Education nationale. Fiasco total, entraînant un effondrement de la participation.

    - Législatives 2012 pour les français de l’étranger : les bugs, et preuve de hacking possible rendent d’ores et déjà contestables les futurs élus.

    Que veut-on ? Détruire la démocratie ?

TIC*