postheadericon TICE : l’école doit faire sa révolution culturelle

Après une première mission consacrée à l’équipement des écoles en 2010, le député-maire Élancourt Jean Michel Fourgous a commis un second rapport consacré aux usages du numérique à l’École. Ce document de 240 pages baptisé « apprendre autrement à l’ère numérique » propose 40 mesures pour « mettre l’école au centre de la société en réseau ». Soulignant l’importance prise par le numérique – le numérique est le 1er secteur économique créateur d’emploi, toutes les activités humaines sont impactées, un enfant passe autant de temps de devant un écran qu’en classe, il existe une corrélation entre usage du numérique et réussite dans les matières scientifiques… – Jean Michel Fourgous invite l’école à faire sa révolution en changeant ses pratiques. Il estime que le numérique doit être une composante à part entière de la pédagogie avec nécessité pour les élèves d’apprendre à apprendre, à collaborer et à se former en continu, autant se savoirs qui seront utiles aux élèves dans leur vie professionnelle. Le député insiste par ailleurs sur l’opportunité que présente le numérique pour résoudre les grands défis de l’école : nécessité de personnaliser l’enseignement en fonction du niveau de l’élève, favoriser l’égalité des chances et l’intégration des personnes handicapées, faire de l’école un moteur de l’innovation…

Pour réussir cette révolution culturelle – car il ne s’en cache pas, c’est un changement de mentalités qui est en jeu – Jean Michel Fourgous fait 40 propositions articulées autour de 5 thèmes : moyens, gouvernance, innovation dans le pratiques pédagogiques, formation et accompagnement du changement. Parmi les propositions qui concernent directement les collectivités, on retiendra :

  1. Organiser un Grenelle de l’innovation des pratiques pédagogiques à l’ère du numérique
  2. Commencer toutes les réformes et l’équipement par le primaire en TNI ou tablettes avec conception de logiciels spécifiquement pensés pour l’apprentissage formel et informel, l’auto-évaluation et l’évaluation formative.
  3. Créer une agence nationale de l’Éducation numérique (État-Collectivités) afin de renforcer l’efficacité des politiques numériques éducatives chargée de « conduire des politiques cohérentes sur le long terme, du primaire au supérieur, d’évaluer les usages et de promouvoir les pratiques pédagogiques innovantes »,
  4. Exiger, de la maternelle au supérieur, un véritable plan ou projet numérique au service des apprentissages
  5. Mieux intégrer les élèves en situation de handicaps en développant de nouveaux services numériques
  6. Inventer de nouveaux temps, lieux et espaces numériques afin de développer le travail collaboratif et la créativité (création de Learning-studio ou d’ « espaces créatice », Faire évoluer les centres de documentation en Learning-Center)
  7. Mettre en place une éducation partagée avec toute la communauté éducative (familles, associations, collectivités et entreprises)
  8. Promouvoir le travail collaboratif et la mutualisation des expériences par les réseaux sociaux professionnels dans l’enseignement
  9. Créer, dans chaque académie, un espace public/privé de recherche-action type « Educ-Lab » dans le domaine numérique
  10. Mettre en place un plan de formation massif aux outils, usages et à la citoyenneté numérique, pour les élèves, les étudiants, les enseignants, les enseignants-formateurs, les cadres éducatifs

A la louche, Jean Michel Fourgous évalue à 1 milliard d’euros les besoins en formation, à une fourchette de 5 à 10 Mds les besoins en équipements, ce à quoi il faudrait ajouter les 25 Mds du très haut débit pour tous, indispensable à la pleine utilisation des nouveaux outils à l’école comme à la maison… S’il souligne que ce n’est pas qu’une affaire d’argent – la France consacre 6% de son PIB à l’éducation contre 4,8% en Finlande pays particulièrement en avance dans les TICE – mais aussi de volonté (en mettant en avant l’exemple d’Elancourt ou toutes les classes ont un TNI et un accompagnement pédagogique),  le député reste assez peu disert sur le mode opératoire pour mettre en œuvre ses préconisations qui touchent en définitive à la question de la réforme de l’école. Vaste sujet.

 

Les commentaires sont fermés.

TIC*