postheadericon Antennes relais : L’Etat affirme vouloir mettre en oeuvre les préconisations de Francois Brottes

A la suite du rapport du président du Comop François Brottes, qui a souhaité reprendre sa liberté compte tenu des échéances politiques à venir, le Comop s’est transformé en comité de pilotage. Ce « copil » est animé par l’agence nationale des fréquences (ANFR) en coordination avec les ministères concernés (santé, développement durable) et s’est réuni la première fois le 25 octobre. Lors de cette réunion les représentants de l’État ont affirmé que la feuille de route de ce groupe de travail correspondait à la mise en œuvre de l’ensemble des conclusions/préconisations  du rapport de François Brottes . Celles-ci prévoient notamment d’aller jusqu’au bout des expérimentations engagées comme le souhaite l’association des maires de grandes villes de France. Dans les semaines qui viennent l’une des villes test, choisie parmi celles ayant déjà effectué les phases « état des lieux » et « simulation des baisses d’exposition » va être choisie. Il s’agit de passer à l’étape suivante attendue par les élus : la réalisation d’une expérimentation terrain visant à tester/mesurer l’impact d’une diminution de puissance des antennes relais en vue de diminuer l’exposition des populations aux ondes. Parallèlement va être engagée une réflexion sur la méthode pour résorber les « points atypiques » révélés par la phase état des lieux. Enfin, les outils destinés à favoriser la concertation devraient être finalisés d’ici la fin de l’année pour que les expérimentations concertation démarrent.

A l’occasion d’une réunion organisée l’après midi avec les villes test, les représentants des collectivités ont fait part de leur vif mécontentement sur les retards pris dans le calendrier et sur l’absence totale de visibilité sur ce qui allait se passer dans chaque commune pour les prochains mois. Un calendrier sur lequel l’Etat n’a lui même pas beaucoup de visibilité au moins pour le volet diminution des niveaux d’exposition. Car de telles expérimentations n’ont encore été jamais faites et on ne mesure encore ni la complexité opérationnelle, ni les coûts induits. On devrait en savoir plus en mars avec la réalisation du premier test grandeur nature d’ici cette date. Quant à la concertation, les villes test ont déploré les retards pris dans l’élaboration des documents (fiche sur les responsabilités des maires en matière d’antennes, nature des simulations fournies par les opérateurs lors de l’implantation d’antennes) et sur des expérimentations qui risquent de tomber en pleine période électorale.

A l’issue de cette réunion les villes ont demandé que l’État écrive à chaque collectivité pour réaffirmer l’engagement politique du Gouvernement sur ce dossier et fournir un calendrier précis des actions à venir. il appartiendra alors aux élus de dire s’ils sont toujours partants.

Les commentaires sont fermés.

TIC*