postheadericon Ondes et santé : l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe préconise une réduction de l’exposition

A la suite d’auditions menées en février dernier, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a demandé aux gouvernements européens de prendre « toutes les mesures raisonnables » pour réduire l’exposition aux champs électromagnétiques, notamment aux radiofréquences émises par les téléphones portables, « et tout particulièrement l’exposition des enfants et des jeunes, pour qui les risques de tumeurs de la tête semblent les plus élevés ». Elle préconise de privilégier les connexions filaires dans les écoles et d’y limiter l’usage du portable. Elle invite également les gouvernements à à sensibiliser les populations aux risques d’effets biologiques potentiellement nocifs à long terme pour l’environnement et la santé humaine, en particulier « à destination des enfants, des adolescents et des jeunes en âge de procréer ». Ces recommandations visent surtout le téléphone portable mais aussi les téléphones sans fil (DECT) très répandus dans les foyers. Ils recommandent l’usage de téléphones filaires à la maison et une vigilance accrue sur tous les appareils domestique émetteurs d’ondes, en particulier ceux qui émettent continuellement des ondes pulsées. Ils estiment enfin que les gouvernements devraient « revoir les fondements scientifiques » des normes actuelles d’exposition aux champs électromagnétiques fixées par la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants, « qui présentent de graves faiblesses », et appliquer le principe du niveau le plus faible raisonnablement possible. Voir la résolution 1815 adoptée par le conseil de l’Europe

Parallèlement, on signalera que  Jonathan Samet, président du groupe  d’experts de 14 pays, réunis à Lyon sous l’égide du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a déclaré le 31 mai que «les preuves, qui continuent à s’accumuler, sont assez fortes pour justifier» une classification de l’usage du téléphone portable en «peut-être cancérogène pour l’homme». Le classement retenu est fondé «sur des études épidémiologiques montrant un risque accru de gliome, un type de cancer du cerveau associé avec l’usage du téléphone portable». Le groupe d’expert préconise en conséquence de mener des études complémentaires sur les effets d’une utilisation intensive du mobile et de prendre des mesures préventives comme l’utilisation du kit mains libre ou les SMS. (Lire l’article du Monde sur ce sujet)

 

Une réponse à to “Ondes et santé : l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe préconise une réduction de l’exposition”

  • d’autre part tout le monde sait a part une poignée d’experts en bonne ondes qui encouragent a polluer jusqu’a 61V/m , que les premiers textes de lois qui on été adoptés pour protéger des effets des ondes electromagnétiques sont ceux sur la compatibilité électromagnétique généralisée en europe par la directive 89/336/CE de 1989 remplacée depuis par la directive 204/108/ce et que les principales exigences des systemes de communications, dont les antennes relais, sont mentionnés a l’article 3 de la directive 1999/5/ce qui leur impose d’apporter les mêmes protection que les directives CEM contrairement aux mensonges que l’on peut lire prétendant que respecter la limite protégeant du seul risque thermique (61V/m) mentionné dans une simple recommandation est suffisante pour respecter la loi car l’écrasante majorité des appareils électroniques est testé avec une limite de 3V/m, y compris 95% des appareils médicaux utilises a domicile dont la documentation précice en outre que 3V/m ne doit pas etre dépassé dans les lieux ou ils sont utilises et que les « antennes relais » peuvent etre source de risque.

    pour rappel l’imunité des dispositif medicaux mis sur le marché avant 2002 (beaucoups sont encore en service) ont un niveau d’immunité de 1V/m.

    Ont remarquera que ces risques et limites ecrit noir sur blanc dans la documentation des outils de travail des experts médecin n’existent pas a la lecture de leur documents de supers experts qui savent tout sur les ondes, un expert ne s’abaisse pas a lire la documentation de ses outils de travail ,comme on l’a bien vu avec l’affaire des sur irradiation dans les hopitaux…..

Laisser un commentaire

TIC*